Fééries & Fariboles

Coucher de soleil sur le Trottel... Mon p'tit coin de paradis corse

"At night a candel is brighter than the sun." Sting

Tout a recommencé, je crois, par l'envie d'un bac à sable où tout reprendre à zéro. Une aventure en solo, cette fois-ci. L'appel de la haute mer littéraire. Un truc d'auteur, de hauturier. Hauturier comme roturier, car mes racines sont paysannes. Mais s'il le faut aussi, hauturier comme ordurier, car la littérature est un métier très salissant, quand on y pense : on absorbe la boue du monde comme une éponge et l'on essaie d'en faire de la vérité, de la bonté, de la beauté ou de la joie. Salissant et risqué, mais tel est le prix pour danser le soir avec les fées, taquiner les muses, faire la nique aux farfadets, entendre chanter les sirènes, chevaucher les ki-rins, ou, mieux encore, Aslan en personne.

Un immense merci, alors, à OpenClassrooms, d'exister tout simplement, et de me permettre de progresser si vite, en repartant de zéro, "with worn-out tools", comme aurait dit Kipling. Si vous saviez le peu d'heures, eu égard au résultat, que j'ai passé les mains dans le camboui du code, sans tricher comme avec un Joomla ou un Wix... C'est un bonheur incroyable : on comprend tout, ou presque. On contrôle tout, ou presque. C'est si facile avec des profs si brillants. Essayez !

Voilà pour la forme : la maquette de ce site. Mais à quoi bon une maquette, si jolie soit-elle, si elle ne porte pas une littérature ? En d'autres termes, de quoi vais-je vous parler ici ? Pour commencer, d'un sujet capital : le Brocciu (prononcez brOtchiou, avec l'accent sur la première syllabe). Le Brocciu, avec une majuscule, c'est important, c'est un fromage typiquement corse, que connaissent et savourent les amoureux de Kalliste aux environ de Noël. Pourquoi parler du Brocciu ? D'abord, parce qu'il est délicieux. Ensuite, parce que Goupil, après avoir fini le fromage du Corbeau, voudrait bien voler aux Corses leur Brocciu... En clair, oups, l'AOP Brocciu a été "oubliée" du fameux accord transatlantique CETA. Vous savez bien, le super-accord économique, parrallèle au TAFTA et précédant l'Etcera (quoique, non, l'Etcera n'est pas encore officiellement un accord économique. Mais on parle déjà de "clauses zombies" dans le TAFTA, voyez donc si la féérie est toute proche).

L'idée, ce serait de parler de ces sujets si compliqués, et opaques, sur un site joli et clair, au moyen d'une épopée animalière héroï-comique en alexadrins, quelque chose entre La Fontaine et Rostand et qui s'appellerait : La Bataille du Brocciu